Home / Les dernières actualités / Impérial, le Sultan Erdogan humilie la rombière féministe Von der Leyen en lui rappelant que la politique est réservée aux hommes

Impérial, le Sultan Erdogan humilie la rombière féministe Von der Leyen en lui rappelant que la politique est réservée aux hommes

Captain Harlock
Démocratie Participative
07 avril 2021

 

Mes lecteurs le savent, je hais viscéralement les bougnoules – ce qui inclut par voie de conséquence les cafards de Turquie.

Mais – il y a un mais – les musulmans voient beaucoup plus clair que les démocraties LGBT occidentales sur toute une série de questions. Tout particulièrement sur les femmes.

Ce qui en dit beaucoup plus long sur nous que sur eux.

L’Europe est bien plus gravement menacée par le féminisme que l’islamisme. L’islamisme est une bactérie hostile qui ne pénètre notre organisme que parce qu’il est fragilisé. Et s’il est affaibli, c’est parce que les hommes blancs sont devenus des larves sans caractère qui tolèrent que des traînées portent le pantalon.

Le féminisme accélère dramatiquement cet effondrement immunitaire.

Et justement, ceux qui nous envahissent l’ont bien compris. Comme Erdogan. Si Erdogan s’amuse du fait que le monde blanc est gouverné par des rombières, il n’en est pas pour autant prêt à faire semblant de croire que des traînées blanches ont quelque pouvoir que ce soit chez lui.

Il l’a rappelé en humiliant la vieille garce ménopausée Von der Leyen qui fait semblant de décider de trucs à Bruxelles en tant que présidente de la commission européenne.

La réaction de cette dinde permanentée devant le calme sûr du maître de la Sublime Porte.

Je tiens à remercier le Sultan Erdogan Ier pour avoir discipliné cette garce.

Ces idiotes arrogantes qui peuplent les partis et les écrans de télévision chez nous ne tiennent pas 10 secondes une fois sorties de leurs bureaux climatisées des états dégénérés occidentaux.

Dans un monde gouverné par des hommes durs qui ont dû survivre à de sanglantes luttes de pouvoir pour s’imposer, elles ne trompent personne.

Prenez Xi Jinping. Cet homme a survécu aux sauvages purges maoïstes pendant 7 ans en mangeant des boules de rat dans une grotte avant de remuer la terre dans un camp de travail sous la surveillance des gardes rouges. Après 40 ans de combat, il s’est érigé en maître suprême de la Chine et de ses 1,3 milliard d’hommes.

Vladimir Poutine est un officier du KGB qui s’est imposé à la tête du service de renseignement le plus redouté du monde avant de défaire les plans de la juiverie new-yorkaise au tournant des années 2000. Lorsque les émeutiers démocrates ont tenté de s’emparer du siège du KGB à Berlin à la chute du mur, en 1990, il a pointé son arme de poing sous le nez des insurgés en leur promettant la mort s’il violait le territoire souverain de l’URSS.

Rodrigo Duterte, le président des Philippines, est un homme qui sillonnait les rues de Manille à moto en abattant à l’arme automatique les types qui remettaient en cause son pouvoir.

Bolsonaro est un officier parachutiste de l’armée brésilienne qui a servi la dictature militaire jusqu’au bout.

Et nous, nous avons Von der Leyen.

Ursula Von der Leyen est une bourgeoise devenue politicienne parce que son père l’état avant elle. Elle est connue en Allemagne pour échouer à tous les postes, peu importe lesquels.

Je vous rassure, ce modèle n’est pas réservé à l’Allemagne. Nous avons les Martine Aubry, Anne Hidalgo, Ségolène Royal.

Ce que nous faisons en ce moment, c’est de coller des ménagères stupides de ce genre à tous les niveaux de responsabilité, par la force de la loi.

Quand une civilisation est dirigée par des femmes, elle est virtuellement condamnée à mort. Si demain il n’y avait plus de femmes sur terre, tout fonctionnerait normalement : aéroports, systèmes de communication, centrales nucléaires. En revanche, s’il n’y avait plus d’hommes demain matin sur cette planète, dans l’après-midi des dizaines de Tchernobyl auraient lieu partout.

La conclusion est facile à anticiper, comme à Strasbourg : les races étrangères restées fidèles aux vertus viriles l’emportent par la force et l’intimidation face à des gourdes aisément intimidées. C’est-à-dire les potiches qui se font élire en raison de quotas dégénératifs.

Puisque ces villes cosmopolites occidentales sont de toute façon déjà submergées par le tiers-monde, je préfère qu’elles deviennent des enclaves où les connasses féministes et les gauchistes blancs sont persécutés par des musulmans qui font régner l’ordre anthropologique en renvoyant les rombières blanches à la cuisine.

J’ai hâte de voir les féministes blanches porter le voile et se taire respectueusement devant des mâles musulmans ombrageux.

Mais j’ai encore plus hâte de voir la réaction des white knights devant cette soumission après avoir passé leur vie à laisser ces féministes blanches détruire la civilisation dans l’espoir de pouvoir coucher avec.

Commentez l’article sur EELB.su