Home / Dégénérescence / Le Royaume-Uni fait entrer la « misogynie » dans les « crimes de haine »

Le Royaume-Uni fait entrer la « misogynie » dans les « crimes de haine »

Captain Harlock
Démocratie Participative
18 mars 2021

L’Etat Islamique est un truc du passé.

Il y a désormais beaucoup plus radical : l’Etat Féministe. Et il est à nos frontières, équipé de l’arme nucléaire.

ELLE :

Mercredi (17 mars), la Chambre des Lords a débattu d’un amendement au projet de loi sur les violences domestiques (amendement 87B) qui ajouterait la misogynie comme crime de haine.

Actuellement, le terme « crime de haine » est utilisé par le Service des Poursuites Judiciaires de la Couronne (CPS) pour « décrire une série de comportements criminels où l’auteur est motivé par l’hostilité ou fait preuve d’hostilité envers le handicap, la race, la religion, l’orientation sexuelle ou l’identité transgenre de la victime ».

Les militants – y compris des groupes bien connus comme Plan UK et la Fawcett Society, ainsi que des députés comme Stella Creasy – suggèrent depuis longtemps que l’introduction de la misogynie dans les crimes de haine permettra d’obtenir de meilleures données sur les attaques contre les femmes, qui pourront ensuite être utilisées dans la prise de décision et l’élaboration des lois, ainsi que des peines plus sévères pour les auteurs.

Certaines forces de police à travers l’Angleterre ont déjà commencé à le faire, comme la force de Nottinghamshire qui a piloté le dispositif en 2016. Au cours des deux premières années, la force a enregistré 243 plaintes pour crimes haineux liés à la misogynie émanant de femmes. La Commission juridique examine actuellement tous les crimes de haine et étudie la possibilité d’y inclure la misogynie. La Commission devrait rendre son verdict dans le courant de l’année.

Lors du débat aux Lords, les pairs ont finalement décidé de permettre à la Commission juridique de délibérer et de rendre une décision. En attendant, à partir de l’automne, « à titre expérimental, nous demanderons aux forces de police d’identifier et d’enregistrer tous les crimes de violence contre la personne, y compris la traque et le harcèlement, ainsi que les délits sexuels lorsque la victime estime qu’ils sont motivés par une hostilité fondée sur son sexe« .

Le but des lois dites « anti-discriminations » dans les démocraties juives est d’établir une hiérarchie légale entre les victimes sur une base raciale, sexuelle et religieuse.

Non seulement cette hiérarchie place l’homme blanc hétérosexuel tout en bas de l’échelle sociale et raciale mais elle est surtout conçue pour que toutes les autres catégories créées et armées par les juifs le détruisent socialement – homosexuels, féministes, musulmans, noirs, etc..

Les femmes constituent le bloc le plus crucial car c’est le plus massif : 50% de la population de n’importe quel état démocratique juif. Chauffer à blanc leur hystérie est le meilleur moyen de ruiner ce que les juifs veulent absolument détruire : la matrice de continuité biologique blanche qu’est la famille.

Avec l’intégration de la « misogynie » dans cet arsenal, l’Etat Britannique est condamné à s’effondrer sur lui-même en raison de la généralisation du harcèlement judiciaire horizontal qu’il implique.

Les femmes blanches seront déchaînées contre les hommes blancs, appuyées par la nouvelle police de Sa Majesté.

La « misogynie » sera définie arbitrairement par n’importe quelle femme hystérique qui lira un commentaire qu’elle n’aime pas sur Twitter ou Facebook.

Inutile de préciser que les mâles marron ne seront pas concernés, le patriarcat islamique étant bien évidemment exempt de ce régime. Ils pourront continuer de violer des gamines blanches sous la protection de la police.

L’homme blanc n’a aucun avenir dans un état comme l’Etat Britannique. C’est encore plus vrai dans un pays où il n’a plus le droit de sortir de chez lui sans autorisation.

C’est sa domestication finale, grâce à Churchill l’antifa.

Ce truc sera bientôt en vigueur en France.

Grâce à De Gaulle l’antifa.

Vous risquerez un an de prison ferme en comparution immédiate pour avoir dit à une Boomeuse ménopausée d’aller faire la vaisselle.

Les seuls hommes qui refusent catégoriquement de se laisser gouverner par des femmes sont les musulmans. La suite n’est donc pas très difficile à deviner : la réaction masculine sera menée par les jeunes mâles musulmans qui abattront par la violence la démocratie ovarienne sans aucune difficulté grâce à leur démographie et à leur intolérance.

Il ne fallait pas être grand clerc pour deviner que le féminisme dénataliste appelle l’islam.

Commentez l’article sur EELB.su